Le Royal
Antonio Signorini inaugure “The Warriors” (Les guerriers) à Beyrouth

Antonio Signorini inaugure “The Warriors” (Les guerriers) à Beyrouth

Des dessins dans une grotte aux sculptures d’art parcourant le monde
Beyrouth, Septembre 2018 – “Tout est parti d’une rencontre avec notre passé, celui duquel nous n’avons que peu d’information ; celui à partir duquel tout a commencé.” C’est à partir de cette inspiration que l’artiste italien Antonio Signorini a inauguré au Liban “The Warriors” (Les guerriers), une ses collections les plus convaincantes et qui a été exposée cette année en juillet et en août à l’espace artistique Fondaco Marcello à Venise, et à la galerie Mark Hachem, à Beyrouth le 17 septembre 2018. L’exposition, qui participera également au Beirut Art Fair et à Beirut Art Week, est organisée par l’Association des festivals culturels libanais et sera exposée à Beyrouth jusqu’au 3 octobre 2018.
La collection est composée de 7 pièces uniques dans un alliage de bronze spécial sur un socle de marbre iranien. Quant à sa pièce monumentale baptisée DNA, elle a également été exposée, montrant le souffle de travail de l’artiste.
En décrivant ses œuvres d’art, M. Signorini a déclaré : « J’ai été fasciné, dans le cadre de mes recherches, par les dessins datant de 14.000 ans. Ces derniers sont abstraits et réels en même temps. Dans leur plus pure simplicité, ils sont aussi incroyablement similaires aux dessins d’enfants. Les dessins de caverne sont comme l’enfance du monde ; nous commençons tous au même dessin. Pour moi, le passé et le présent n’existent pas. La vie et l’art ne sont pas chronologiques. L’art est toujours contemporain car il inspire des émotions toujours réelles. »
Il a continué : « Ces dessins m’ont inspiré et j’ai imaginé ce à quoi ils pourraient ressemblé s’ils devenaient des sculptures et c’est comme ça que le projet de guerrier m’est venu à l’esprit. J’ai vu mes guerriers courir et se déplacer dans le désert, dans les terres infinies remplies de gazelles et d’animaux en fuite. J’ai imaginé leurs lances et leurs arcs et leurs flèches prêts à chasser et je me suis connecté à notre passé comme si c’était mon présent ».
« Warriors » (Guerriers) a acquis une renommée mondiale. Commentant la collection, Franco Fanelli, un journaliste italien de giornale dell’arte (Journal de l’art), à Turin, en Italie, a dit : « Formidable –idéogramme- », le guerrier / chasseur armé de lance fournit à la sculpture un canon formel dans lequel la majesté de certaines postures cède la place au dynamisme des formes synthétiques dans lesquelles il pourrait être tentant de trouver des échos futuristes, s’il n’y avait pas de recherche évidente d’une harmonie plus abstraite et plus pure. Il serait plus correcte de dire que les guerriers / chasseurs / bergers du désert, évoqués par le sculpteur-voyageur, naissent des grottes et prennent vie dans une morphologie humanoïde à la fois archaïque et futuriste : une humanité à l’essentiel. Anatomie entomologique mécanique parfaite, qui présume le maximum rationnel dans l’exercice des forces, des mouvements, des poids et des contrepoids. Les créatures dont les actes (la ruée, le moment qui précède le javelot, le reste) se réunissent au rythme d’une danse rituelle dans laquelle la menace coexiste toujours avec une grâce matisse. Sculptures sous forme de signes : de cette façon, les créatures de ce qui est aujourd’hui le désert et, il y a longtemps, probablement l’Eden, revendiquent leurs origines primaires, gravées ou gravées dans la narration de rituels ou dans l’exécution d’une action. »
« The Warriors » (Les guerriers) est devenu célèbre dans le monde entier et se rend aujourd’hui à Beyrouth, offrant aux amateurs d’art de la région l’occasion de découvrir et de contempler l’œuvre de Signorini. Commentant la collection, Anna Seaman, écrivain d’art et journaliste, a déclaré : « The Warriors a été créé comme un voyage de l’artiste et comme une métaphore de la vie humaine en tant que voyage en soi. Cette série est inspirée, influencée et dédiée à la période préhistorique du Paléolithique. Le premier guerrier s’est inspiré de dessins réalisés dans les grottes de la Libye saharienne, du royaume d’Arabie saoudite et des régions de l’Algérie ; les autres guerriers se sont développés les uns après les autres comme un souvenir de son passé, comme une histoire ancienne qui se transformait en vie à travers son art qui unit toute l’humanité.

Le Royal