CLAIRE de TRUCHIS LAURISTON

CLAIRE de TRUCHIS LAURISTON

Le Centre de Formation Permanente de l’Université Antonine a organisé en collaboration avec les grandes maisons de joailleries libanaises Antoine Hakim et Selim Mouzannar, une formation inédite intitulée « L’art du bijou ». Les participants feront une visite d’application au Musé Privé Robert Mouawad, au musée MIM en présence de M. Selim Eddé, et auront le privilège de découvrir en exclusivité les ateliers de production ainsi que les prestigieuses collections privées de bijoux de ces joailliers. Pour en savoir plus à ce sujet, Facelook Magazine a interviewé Claire de Truchis Lauriston.

En quoi consiste exactement la formation intitulée «l’art du bijou» qui a lieu à Beyrouth ?
Cette formation est très complète puisque qu’elle aborde tous les aspects du bijou en commençant par la gemmologie avec les 4 pierres précieuses puis les multiples pierres fines et ornementales avant de terminer par les perles. Du côté du bijou, nous avons abordé les différents métaux et les poinçons couramment utilisés en joaillerie. Enfin, nous nous devions de passer en revue l’évolution très importante qu’a subi le style du bijou à travers les siècles et notamment le XXème siècle qui a produit des styles forts et très inspirants pour les joailliers actuels.

Est-ce la première fois que vous vous rendez au Liban ?
C’est la première fois que je viens au Liban et à Beyrouth. J’avoue être enthousiasmée à l’idée de découvrir ce pays et cette ville dont on me parle depuis si longtemps. C’est pour moi un mythe et je remercie l’université Antonine de me donner cette chance. En outre, pour avoir des clients libanais en France, j’ai toujours été frappée par leur grande culture, leur extrême gentillesse et leur accueil chaleureux. Je suis très impatiente d’aller à leur rencontre dans leur pays et de leur apporter un peu de mon expérience.

Qu’avez à dire concernant les designers de bijoux libanais ?
Ces quelques jours seront l’occasion pour moi de mieux connaître les joailliers libanais et d’apprécier leur grand savoir-faire.

Qui est votre créateur de bijoux préféré ?
J’ai tout à fait conscience que les grands créateurs de bijoux étaient pour la plupart des hommes (Cartier, Boucheron, Van Cleef, Boivin… et même JAR maintenant) mais qui y avait-il dans l’ombre de ces grands maîtres? Très souvent des femmes dessinatrices… Et l’une d’entre elle est sans nul doute ma préférée: Suzanne Belperron. Je ferai d’ailleurs quelques petits détours durant la formation sur ces maisons quand nous aborderons le style des bijoux.

Quel est votre pierre préférée ?
C’est une question difficile. Le goût change et évolue. Le mien ne suit pas forcément les modes. J’étais une inconditionnelle du saphir car il existe une palette de bleus allant du clair limpide au bleu profond, du Birman en passant par l’incomparable velouté du Cachemire. Depuis, j’ai appris à apprécier le diamant qui pourtant me semblait ennuyeux par sa blancheur intemporelle et à distinguer ceux qui ont une « eau » particulière et peuvent être beaux malgré des défauts.

Comment se déroule votre journée type chez Sotheby’s ?
J’ai une immense chance: mon métier est ma passion et je ne fais jamais deux fois la même chose. Mon travail consiste à apporter mon expertise technique sur les bijoux que l’on veut bien soumettre à mon œil mais aussi à conseiller sur l’opportunité de les vendre ou pas. Parfois le moment est mal choisi, il vaut mieux attendre car le marché a baissé, ou au contraire. D’autre part, faire partie d’une équipe internationale est très riche; nous pouvons à tout moment confronter nos points de vue non seulement au sein de l’équipe de Paris mais aussi avec celle de Genève dont les nombreux spécialistes, présents pour la plupart depuis plus de 30 ans, nous apportent une aide immédiate et sans faille.


Un défi, une fierté ou un souvenir inoubliable

Mon bonheur chez Sotheby’s est toujours double: d’abord c’est un plaisir personnel de découvrir des merveilles, ensuite quand je téléphone aux clients pour leur annoncer que l’on a vendu leur bijou au double ou au triple de l’estimation et que je sens leur joie, c’est aussi un pur bonheur pour moi! Mon dernier appel par exemple était pour annoncer à une charmante dame qu’au lieu d’acheter un studio à Paris pour son fils, elle pourrait acheter une maison entière! Elle s’est évanouie et c’est son mari qui a repris la ligne très inquiet de ce qu’on venait de lui annoncer… juste une excellente nouvelle!

Votre style de mode et de bijoux ?
Les créateurs de mode sont aussi talentueux que les créateurs de bijoux. Surtout ne nous en privons pas. Osons également porter des bijoux, même fantaisie, aucune importance! Quant à mon style vestimentaire personnel, il s’est assagi avec les années et est devenu plus sobre et classique. Je me recentre sur des coupes impeccables et de belles matières comme pour mieux mettre en valeur les bijoux que j’aime porter, en général des bijoux vintage.

https://www.facebook.com/events/1043015072430756/

Le Royal